>> Accueil > Actualités juridiques > Examen des demandes de permis de construire à la suite d’un certificat d’urbanisme délivré avant l’entrée en vigueur du PLU


Actualités juridiques

Examen des demandes de permis de construire à la suite d’un certificat d’urbanisme délivré avant l’entrée en vigueur du PLU


2082  ACTES COURANTS - IMMOBILIER 01|06|2017


Un parlementaire a exposé le cas d’un administré qui dispose d'un certificat d'urbanisme de type A, délivré antérieurement à l’entrée en vigueur le 1er août 2014 du plan local d’urbanisme (PLU), mais qui reste valable 18 mois à compter de sa délivrance. Dans ces conditions, si l'administré avait déposé, à la fin de 2014, une demande de permis de construire, il lui demande si elle serait examinée sous l'égide de la réglementation visée dans le certificat d'urbanisme ou sous l'égide du PLU.

Préalablement à sa réponse, le ministre du Logement a cité les dispositions de l’article L. 410-1 du Code de l’urbanisme : « le certificat d'urbanisme, en fonction de la demande présentée :

a) indique les dispositions d'urbanisme, les limitations administratives au droit de propriété et la liste des taxes et participations d'urbanisme applicables à un terrain ;

b) indique en outre, lorsque la demande a précisé la nature de l'opération envisagée ainsi que la localisation approximative et la destination des bâtiments projetés, si le terrain peut être utilisé pour la réalisation de cette opération ainsi que l'état des équipements publics existants ou prévus.

Lorsqu'une demande d'autorisation ou une déclaration préalable est déposée dans le délai de dix-huit mois à compter de la délivrance d'un certificat d'urbanisme, les dispositions d'urbanisme, le régime des taxes et participations d'urbanisme ainsi que les limitations administratives au droit de propriété tels qu'ils existaient à la date du certificat ne peuvent être remis en cause à l'exception des dispositions qui ont pour objet la préservation de la sécurité ou de la salubrité publique ».

 

Le ministre a, ensuite, indiqué qu’il existe, en vertu de cet article, deux types de certificats d'urbanisme, un certificat simplement informatif (a) et un certificat dit pré-opérationnel (b).

 Le certificat d'urbanisme crée des droits acquis qui valent pour toute sorte d'autorisations et cette pérennisation des règles d'urbanisme vaut pour les deux types de certificat sus-mentionnés.

 Le bénéficiaire du certificat d'urbanisme est fondé à se prévaloir des droits acquis pendant 18 mois à compter de la délivrance dudit certificat.

Sont toutefois exclues des règles cristallisées celles qui ont pour objet la préservation de la sécurité et de la salubrité publique. Le certificat d'urbanisme informatif (a) délivré à un administré sous l'empire du règlement national d'urbanisme (RNU) fige les règles d'urbanisme existantes pendant 18 mois :

- si un PLU est entré en vigueur le 1er août 2014, la demande de permis de construire de l'administré devra être instruite selon les règles posées par le RNU à la condition que cette demande soit faite dans le délai de 18 mois à compter de la délivrance du certificat. Néanmoins, ces règles pourront être remises en cause si des dispositions ont pour objet la protection de la sécurité et de la salubrité publique ;

- si, en revanche, la demande de permis de construire n'est pas faite dans le délai de 18 mois à compter de la délivrance du certificat d'urbanisme, elle devra alors être instruite selon les règles posées par le PLU dès lors que les dispositions d'urbanisme ont évolué.

 

Source : Rép. min. n° 18833 : JO Sénat, 30 mars 2017, p. 1321, Masson J.-L.